Equipe des facilitateurs


Les membres de l’équipe

Ce sont les facilitateurs :

  • Ils établissent et garantissent la liberté, l’équité et le respect, dans le cadre de notre vision.
  • Ils accordent ainsi aux enfants exactement la même confiance qu’ils accordent à toute personne.
  • Ils veillent aussi au maintien d’un climat sécurisant pour que les potentiels puissent éclore naturellement.
  • Comme tout membre de l’école, ils sont présents et disponibles.
  • Ils partagent librement leur expérience et leur savoir lorsqu’ils découvrent des centres d’intérêts communs.

Les co-fondateurs

Réunis autour des valeurs de bienveillance, de respect, de liberté, d’autonomie, nous avons cheminé ensemble et fait évoluer le projet depuis nos premières rencontres en octobre 2014, en passant par la création de l’association “Graine de Bienveillance” en janvier 2015, puis l’ouverture de l’école et notre première rentrée en septembre 2015.

Coopération, communication, remise en question et soutien ont ponctué et continuent encore à rythmer notre chemin.

Amélie Carlier

Très jeune, j’ai toujours été entourée  d’ enfants et passionnée par eux. Je suis devenue maman et psychologue la même année, ce qui m’a permis d’acquérir les connaissances et la pratique de leurs besoins et fonctionnement. Aujourd’hui, mère de 4 enfants, j’ai le bonheur et la chance de vivre avec des petits guides de 4 à 15 ans qui m’ont amenée à me remettre en question et à cheminer pour découvrir la bienveillance éducative. Mon envie dans cette aventure humaine est d’offrir un environnement respectueux et bienveillant aux enfants d’aujourd’hui afin qu’ils deviennent des adultes épanouis et  responsables pour le monde de demain. Enthousiasmée par le partage d’expérience vécue dans la spontanéité et la joie, je me suis pleinement engagée dans la vie de l’école tout en gardant un temps pour mon activité en cabinet qui me passionne toujours.

Considérer l’enfant comme un être à part entière, digne de confiance et lui offrir la possibilité de décider  des règles qui définissent son cadre de vie pour qu’il se sente responsable de ses choix est ce que je souhaite vivre avec eux. Ils apprennent que la liberté nécessite tout de même de se mettre d’accord sur notre organisation et que chacun peut contribuer à ce que l’ambiance soit harmonieuse. La coopération est aussi au cœur de notre quotidien ce qui permet de considérer l’autre et de le comprendre, en soi développer l’empathie.

Les émotions font partie de mon travail quotidien de thérapeute et passer de la guérison à la prévention était aussi  une motivation pour moi. Si on apprend aux enfants dès petits à accepter, accueillir, comprendre et traverser leurs émotions comme quelque chose de naturel, ils vivront pleinement et deviendront des adultes équilibrés et indépendants.

Sébastien Carlier

Durant les 13 années passées dans le monde des entreprises (Aéronautique, Textile, Banques et Assurances) et les multiples postes occupés et missions remplies, l’humain et les relations inhérentes ont toujours pris une place prépondérante dans mon travail et mon approche.

J’ai beaucoup appris sur moi et sur la relation à l’autre avec toutes les personnes croisées sur mon chemin.

C’est donc après 5 années de formations et de travail personnel et bousculé par un événement de ma vie que j’ai décidé d’œuvrer à temps plein depuis 5 ans dans l’accompagnement et la relation d’aide. Je suis profondément convaincu du potentiel en chacun de nous. Une phrase me guide :

Le plus grand bien que nous puissions faire aux autres, n’est pas de leur communiquer notre richesse, mais de leur révéler la leur

Louis Lavelle

Aujourd’hui, co-créateur de l’école du Hêtre Bienveillant, je m’investis en tant que facilitateur afin que les enfants conscientisent leur richesse intérieure et expérimente le vivre ensemble dans un environnement où prédominent la bienveillance et la Communication Non Violente. Chacun d’eux m’enseigne chaque jour, je me nourris à leurs côtés et partage qui je suis. La liberté n’est pas l’anarchie, la bienveillance n’est pas le laxisme, la motivation comme moteur d’apprentissages, la joie comme énergie «verte ».

L’éducation doit aider l’individu à mûrir librement, à s’épanouir en amour et en humanité.
L’éducation consiste à comprendre l’enfant tel qu’il est, sans lui imposer l’image de ce que nous pensons
qu’il devrait être.

Jiddu Krishnamurti

Joanna Sédille

Devenue le personnage “Bulle” pour les enfants, j’ai créé l’association Bulle et Cie dans laquelle j’interviens pour toutes activités artistiques, pédagogiques et animations.

Sur la pente du décrochage scolaire à 15 ans, j’ai repris pied grâce à une école alternative (pédagogie Steiner-Waldorf) : j’ai vécu de l’intérieur une autre façon de transmettre aux enfants, mettant l’accent sur la découverte, le merveilleux et l’activité artistique. Après un bac avec option Théâtre, une première année de DEUG/Arts du spectacle-Théâtre puis une formation BAFA avec une année d’animation en centre de loisirs, je me suis dirigée vers la scénographie, via une licence d’Architecture d’intérieur et Design à l’Ecole Camondo (Paris). En parallèle à mes études j’ai fait du soutien scolaire auprès d’enfants et d’adolescents, inventant astuces et jeux pour rendre les devoirs le plus sympathique et dynamique possible.

Autant de pistes qui m’ont amenée à me passionner à la fois pour l’expression artistique et pour les pédagogies alternatives, actives et démocratiques. Devenue mère de famille, j’ai souhaité accueillir et intégrer les parents dans les activités de leurs enfants, en construisant avec eux l’association Bulle et Cie.

Et c’est dans cet état d’esprit de partage que je me suis associée, à travers mes interventions pédagogiques avec Bulle et Cie, à la création et au développement de l’École du Hêtre Bienveillant !

J’y propose des ateliers artistiques très variés (plastique, théâtral et corporel), permettant de relier plusieurs domaines de connaissances. J’anime aussi des ateliers de gestion de projets collectifs et personnels.

Betty Kowalski

Le dessin a pris une place importante dans ma vie dès mon jeune âge, en permettant à l’enfant dyslexique que j’étais de ne pas décrocher du système scolaire.

Je me suis, par la suite, tout naturellement dirigée vers des études d’art (BTS Design d’espace, licence d’arts plastiques et sciences de l’art) puis de psychologie… qui m’ont menée à un diplôme d’art-thérapeute, préparé à l’école Profac de Paris et obtenu dernièrement.

Sensibilisée aux pédagogies nouvelles par ma sœur, éducatrice de jeunes enfants, je me se sens proche de ces méthodes et m’en inspire dans ma vie professionnelle comme dans ma vie personnelle.

J’ai rejoint l’aventure de l’école du Hêtre Bienveillant en participant à sa création et y travaille depuis 3 ans.

Alisson Garnier

Dans cette école j’aime être auprès des enfants pour les accompagner dans leurs découvertes et leur évolution. Ce qui me plait dans ce projet c’est qu’il s’agit d’une nouvelle approche de “l’école”, de l’apprentissage, qui a complètement changé mon point de vue. Cette école apprend à toute personne à devenir bienveillante !

J’ai donc plaisir à être présente pour accueillir les enfants et les aider à avancer sur la voie de la bienveillance. J’ai découvert l’école grâce à une mission en service civique durant 7 mois auprès des plus jeunes de l’école. J’y aidais les enfants dans leurs activités diverses et j’étais là quand ils avaient besoin de moi (câliner, rassurer, discuter avec eux quand ils en avaient besoin).

Je cherchais à acquérir de nouvelles expériences, je m’y suis tout de suite sentie bien !

Véronique Cojean

Issue du système scolaire classique, élève compliante et travailleuse, rien ne me destinait à sortir ainsi des sentiers battus. A 18 ans, le bac en poche, quand il a fallu trouver une voie, j’ai opté pour la pharmacie, davantage pour l’intérêt des études que pour le métier lui-même. Néanmoins, je fais ce métier depuis bientôt 20 ans avec conviction, professionnalisme mais sans réelle passion.

Devenue maman “sur le tard”, j’ai adopté une éducation bienveillante pour mon fils afin de le respecter en tant qu’individu. Je me suis naturellement rapprochée des pédagogies alternatives et notamment celle de Maria Montessori qui m’a beaucoup marquée et dans laquelle j’ai souhaité me former.

C’est alors que j’ai croisé l’école du Hêtre bienveillant et son équipe qui répondaient aux critères que je recherchais pour l’éducation de mon fils : une école en pleine nature, capable de piocher dans ce que les différentes pédagogies actives pouvaient avoir de mieux, et dans laquelle on respectait l’enfant dans sa globalité.

J’ai intégré l’équipe en janvier 2016 pour accompagner bénévolement les enfants de 3-6 ans en pédagogie Montessori.

Chemin faisant, devant le besoin des enfants de vivre leur vie d’enfant, devant leur besoin d’interaction, leur quête de sens… je me suis interrogée sur le rôle de l’adulte, parent ou enseignant,  ainsi que sur la place que tient l’enfant dans sa propre éducation. Et inspirée par diverses expériences (Sudbury Valley school, Summerhill, école du 3e type …), par diverses lectures (John Holt avec notamment Libre d’apprendre…), j’ai la conviction désormais que le rôle de l’adulte n’est pas de remplir l’enfant de connaissances, pas plus de lui imposer sa vision sur une scolarité “type” ou ses projections sur un avenir idéal mais qu’il doit accompagner l’enfant vers sa propre vie d’adulte, tout en lui fournissant un cadre de sécurité physique et morale.

C’est là, en tant que facilitateur de l’école, que je trouve tout le sens de cet accompagnement : aider l’enfant à se connaître, à s’accepter, à interagir avec l’humain et la nature… afin qu’il devienne un adulte responsable de sa vie, autonome, confiant et serein dans sa relation à l’autre.

Arnaud Cacheur

Depuis 1998, biologiste spécialisé dans l’étude des plantes, j’organise à Vieux-Moulin des sorties et des stages pour sensibiliser les gens sur l’importance de la flore sauvage dans notre écosystème. J’apporte des connaissances sur le fonctionnement du vivant.

Un savoir que je divulgue tout au long de balades, accompagné de petits secrets culinaires.
C’est dans mon jardin, dans les chemins de mon village et dans un petit bois aménagé, que j’emmène des groupes de cinq à quinze personnes invitées à découvrir les saveurs et les parfums du monde végétal.

Ethnobotaniste de formation, je me souviens de l’intérêt que suscitait en moi l’étude des plantes et leurs richesses dès mes années de lycée, « avec des découvertes bouleversantes ».

J’ai aussi été enseignant en sciences et vie de la terre dans un collège. J’ai découvert l’école du Hêtre Bienveillant en y inscrivant mon fils et il m’a été proposé d’animer des ateliers en sciences et d’organiser des promenades aux alentours de l’école pour faire découvrir aux enfants les plantes sauvages et leur comestibilité. Je me suis aussi investi dans les ateliers « potager » en permaculture.