L’EAU – Projet pédagogique

L’EAU – Projet pédagogique

Notre école est avant tout un espace d’apprentissage de la vie, dans un cadre sécurisant : tissage de liens et d’échanges, citoyenneté, développement et réalisation de soi, intégration dans un groupe, découverte de sa culture et de son environnement…

Vivre dans la bienveillance

Dans la démarche d’accompagnement bienveillant des enfants, l’école se base sur les travaux de Marshall Rosenberg, Isabelle Filliozat, Boris Cyrulnik, Catherine Gueguen… afin d’établir entre adultes et avec l’enfant des échanges harmonieux, emprunts d’une justesse réciproque. En effet, ces approches permettent une communication plus fluide, sereine et respectueuse de l’individu, quel que soit le cadre dans lequel le dialogue se situe (utile et transposable dans tous les domaines et moments de la vie).

Les facilitateurs d’apprentissage sont formés à la mise en œuvre quotidienne de ces grands principes. Les enfants expérimentent cette bienveillance grâce à différents outils, notamment :

– atelier de gestion des émotions, accompagnement au quotidien, boîte « d’auto-régulation » ;
– groupe de gestion des conflits et formation à la médiation ;
– accompagnement individuel : expression et prise en compte des besoins, feuille de route, libre choix d’activité, système de facilitateur-référent ;
– avec les parents, formés via des groupes de parole.

Ces approches correspondent à une recherche de contexte relationnel « gagnant-gagnant », qui incite chacun à développer son sens empathique et créatif dans la résolution de problème ou de conflit. En cas de conflit, deux autres outils sont proposés aux enfants pour rétablir la communication :

– la médiation (conflit entre des personnes nécessitant l’intervention d’un tiers) ;
– le conseil de réparation (transgression d’une règle ou conflit, et besoin de réparation ou de sanction).

Coopération, liberté et citoyenneté

Il est nécessaire d’expérimenter le vivre ensemble pour s’engager dans sa relation aux autres et au monde, et prendre des responsabilités. En cohérence avec l’intention de bienveillance, il s’agit d’amener chaque individu à prendre conscience du groupe, à y prendre part quotidiennement, puis se sentir responsable et au fait de son fonctionnement : on y apprend à pratiquer la citoyenneté.

Notre projet pédagogique s’est inspiré des valeurs du mouvement des écoles démocratiques (dans la lignée de l’Ecole du 3e Type et de la pédagogie Freinet) dont les deux axes principaux sont :

Un membre = une voix

Engagement individuel dans le fonctionnement du collectif, à y reconnaître et prendre sa place, et réciproquement, engagement du collectif envers l’individu. Cet engagement mutuel, qui concerne autant les enfants que les facilitateurs d’apprentissage et les parents, fonde un respect réciproque entre l’individu et la collectivité.

Liberté

Liberté est donnée à l’individu de réfléchir à son propre cheminement pour arriver à ses objectifs, en autonomie ou accompagné. Il lui faudra s’approprier chacun de ses choix, observer les contraintes, tenir compte des conditions qui s’imposent. Le développement de ses capacités de prise d’initiative et de résolution de problème lui permettra d’apporter une coopération créative et dynamique au collectif, qui s’en trouvera renforcé.

Intégrer les parents au fonctionnement global de l’école assure une continuité entre la maison et l’école, et renforce l’engagement de la cellule familiale. En donnant de l’importance à chaque voix et en nourrissant l’entraide et la coopération au sein de l’école, à tous niveaux, cette démarche rassemble. Elle est à l’image des possibilités de mixité sociale et des âges qu’on trouve dans la société. Ainsi pouvons-nous constater que les enfants habitués au « multi-âge » savent adapter leur comportement avec facilité, s’adressant avec respect aux plus jeunes comme aux plus âgés.

Individualiser les acquisitions

L’importance d’individualiser les apprentissages en fonction des besoins de l’enfant est mise en évidence dans de nombreux mouvements pédagogiques. L’École du Hêtre Bienveillant s’est notamment inspirée des « plans de travail », élaborés par Maria Montessori puis par Célestin Freinet et adaptés au fonctionnement et aux objectifs de chacun, en adoptant la « feuille de route » personnalisée. Élément concret, émanant directement du projet d’école, elle est créée avec l’enfant en début d’année scolaire, puis suivie avec des entretiens réguliers ; elle peut être adaptée en chemin.

La mise en œuvre de cette feuille de route peut se faire au travers d’un travail individuel mais aussi dans le cadre d’un travail collectif, éventuellement « multi-âge », en fonction des possibilités d’apprentissages communs : par exemple sept enfants étudiant ensemble le verbe être.

Les activités sont diversifiées pour s’adapter aux différents profils, nourrir l’élan intérieur de chacun et stimuler son ouverture au monde, afin qu’il puisse se forger un projet de vie. Les regroupements sont créés selon des critères variables, au cas par cas, de façon spontanée ou réfléchie : par thématique, par âge ou non, par niveau de difficulté, par affinité… de façon à correspondre au mieux aux objectifs du rassemblement.

L’adolescent peut expérimenter concrètement sur le terrain ses objectifs personnels et professionnels au moyen de projets ou de stages réalisés à l’extérieur.

L’apport important des neurosciences sur le fonctionnement cérébral, son développement et l’optimisation de ses capacités, facilite notre compréhension. Il enrichit notre approche bienveillante dans les propositions que nous faisons aux enfants, au regard des capacités ou besoins de progrès constatés, notamment en mettant en avant les différentes formes d’intelligence de chacun.

Donner du sens

S’inspirant de nombreuses pédagogies actives, telles celles de Montessori, Decroly, Freinet, ou des ludo-pédagogies, ou encore des jeux-cadres de Thiagi (approche par le jeu), nous partons du postulat que l’envie d’apprendre conditionne la réussite de l’apprentissage. Il s’agit de :

– laisser l’enfant observer le monde et être acteur de son apprentissage (manipuler, expérimenter, jouer, imaginer, bouger…), pour que le « geste d’apprendre » émerge de lui-même. C’est au cours d’activités libres qu’il va marquer son esprit de nouveaux concepts. Valoriser son autonomie, sa curiosité, son imagination, sa réflexion, ses activités et centres d’intérêt va alimenter ce désir d’apprendre. La liberté de participer ou non à ce qui est proposé autour de lui permet à l’enfant de se laisser guider par sa curiosité, son appétence naturelle ;

– laisser l’enfant trouver sa place dans le groupe et prendre des responsabilités : le volontariat est un facteur de plaisir et facilite la compréhension des consignes, textes, matières étudiées, alors que l’apprentissage sous contrainte est freiné et laborieux, voire parfois inutile car traité seulement en surface, dans une temporalité courte.

Nous veillons à ce qu’au sein de chaque cycle, l’enfant ait eu l’opportunité d’aborder tous les items du socle commun de connaissances, de compétences et de culture et à être force de proposition en le guidant dans l’approche de ce qu’il souhaite aborder, pour ouvrir son horizon. Nous encourageons l’enfant à donner le meilleur de lui-même, et peut-être même à prendre la liberté d’aller plus loin, dans une dynamique d’excellence

La dynamique de projet, avec sa feuille de route évolutive, fonctionne comme un leitmotiv : ce médium est porteur de sens dans l’engagement de l’enfant à tenir son objectif. Pour qu’il soit créateur de son évolution, nous laissons l’enfant exprimer sa créativité dans le projet, sans entraver le processus de construction de sa personnalité et de son tempérament. Ainsi nous valorisons sa singularité, qui est aussi une richesse pour le collectif.

Tout membre de l’école peut proposer la création d’un club thématique, participant ainsi à la diversification des activités, à la transmission de savoir-faire et au développement de l’estime de soi. Il s’agit aussi de faire émerger, à partir du travail en commun, une émulation collective qui puisse stimuler la capacité des enfants à se motiver, à réfléchir, à prendre en compte l’avis et les idées des autres, à chercher et trouver des solutions, à exercer leur esprit critique.

Vivre avec la nature

L’implantation de notre établissement au milieu d’une ferme, dans la nature et sur un petit plateau dominant l’Oise, est un parti pris que nous valorisons au quotidien en donnant le plus possible accès à l’extérieur.

Les quatre yourtes-espaces d’accueil, sont réparties sur une grande prairie. Équipées d’un puits de lumière et de baies vitrées, ces yourtes laissent entrer largement la lumière naturelle et offrent un point de vue permanent sur la nature extérieure. De l’intérieur on voit donc toujours le temps qu’il fait. Le panorama autour du terrain est ouvert, donnant la vue sur de larges horizons entre forêts, champs et zone urbaine. L’observation quotidienne par l’enfant de la nature, de ses cycles et du climat lui fait prendre conscience de son environnement : il expérimente physiquement le climat, les saisons et les différents états de la nature, qui impactent ses activités dans la prairie, composant avec les éléments et les intégrant dans ses jeux (la terre, la boue, la pluie, la neige, le vent, le végétal …). Dans la prairie, il observe les insectes, les vers de terre et autres papillons en toute liberté. Des sorties organisées en forêt ou dans la campagne permettent d’améliorer la connaissance du milieu. On observe alors une nature forestière et généreuse, différente de l’environnement direct composé de champs.

En bordure de la prairie a été aménagé un potager : les enfants sont responsabilisés et sensibilisés au besoin d’entretien, certains se découvrent « la main verte » et peuvent pratiquer pleinement le jardinage s’ils le souhaitent.